À nos amis du monde entier:

English      Español      العربية

Le multiculturalisme radical est la conviction erronée que toutes les valeurs et toutes les cultures peuvent coexister dans une même société.

Ils ne peuvent pas.

Nous devons protéger notre société de ce genre de barbarie.

Traduit par Roudayna Hanna

Multiculturalisme «radical».

Voilà la tendance la plus populaire du moment: mettez le mot «radical» devant quelque chose de bénin et essayez de le faire paraître sinistre.

Cependant, comme M. Bernier le sait sûrement, le Canada est et a été une société multiculturelle depuis le début – depuis avant le début, si vous incluez la loi du Québec (cliquez sur le lien ici: the Quebec Act) .

Le Canada a une population riche et diversifiée qui vient du monde entier. Aujourd’hui, environ un Canadien sur cinq est né à l’étranger. Vous pensez peut-être que ces statistiques sont favorables à M. Bernier, mais ce n’est pas le cas. En 1921, 22% des Canadiens étaient nés à l’étranger et en 1871, 16% des Canadiens étaient des nouveaux arrivants. Ce rapport n’est pas un nouveau développement «radical»; c’est ce que nous avons toujours été. Historiquement, ces migrants sont également venus du monde entier, avec des vagues de migrants originaires de pays non occidentaux tels que la Chine, le Japon, le Pakistan, le Sri Lanka, la Somalie, etc.

Le premier membre du Parlement arabo-canadien (Pierre De Bane) a été élu en 1968; le premier député canadien d’origine chinoise, Douglas Jung, a été élu en 1957. Il y a eu des députés canadiens d’origine philippine, des députés canadiens-iraniens, des députés canadiens-juifs et ainsi de suite. Les Canadiens nés à l’étranger de toutes sortes de pays non occidentaux ont servi à tous les niveaux de gouvernement au Canada, élaborant des politiques et influençant les programmes.

On pourrait penser que les conséquences radicales du multiculturalisme radical se seraient déjà fait sentir; Au lieu de cela, le Canada figure systématiquement parmi les pays les meilleurs et les plus sûrs au monde. Il y a une raison pour laquelle tant de personnes choisissent de se déraciner et de déranger leur famille pour venir vivre ici. La diversité a toujours existé et, espérons-le, sera toujours notre force.

Les principes du multiculturalisme canadien sont assez simples: l’égalité d’accès et de traitement, le respect et l’inclusion, la liberté d’être respecté pour qui vous êtes. Vous pouvez lire les détails de la Loi sur le multiculturalisme canadien (1985) ici. Les retours du multiculturalisme ont été énormes. À la base, nous avons accès à une plus grande variété d’options en matière de cuisine, de musique, d’art, de mode, etc. Au-delà, le Canada et les Canadiens s’enrichissent grâce à l’inclusion de philosophies différentes, d’approches variées en matière de résolution de problèmes et d’avantages connexions et aperçus sur les marchés étrangers – la liste est longue.

Ce qui nous amène à la seconde moitié de l’argument de Bernier – celui qui repose sur les valeurs.

Bernier compte sur son auditoire pour se méfier des citoyens des pays non occidentaux qui ne partagent pas les mêmes valeurs que celles d’origine européenne. Il n’explique pas ce que peuvent être ces valeurs différentes, mais il n’est pas difficile de trouver à quoi il fait allusion.

Dans une publication récente, Charlotte Crober, contributrice de WHTO, a exposé le type de préoccupations exprimées par des nationalistes comme Maxime Bernier en ce qui concerne les «valeurs» – et a souligné qu’elles ne sont pas nouvelles (cliquez sur le lien ici :  laid out the kinds of “values” concerns being raised by nationalists like Maxime Bernier – and pointed out that they are nothing new). Au contraire, les mêmes préoccupations que celles qui ont été exprimées à l’encontre des migrants de l’ère moderne ont déjà été soulevées, et pas seulement à propos des nouveaux arrivants non occidentaux. Il fut un temps où certains Canadiens pensaient que les migrants européens originaires d’Irlande, d’Italie et de Pologne n’avaient pas la même éthique professionnelle, les mêmes valeurs familiales ou le même respect pour la loi et l’ordre.

Ce n’était pas vrai alors, et ce n’est pas vrai maintenant.

En fait, il est facile de prouver que la plus fondamentale des valeurs humaines est universelle. La règle d’or – traitez les autres comme vous souhaitez être traité vous-même (cliquez sur le lien ici :  pops up in the key texts of every major religion in the world) – apparaît dans les textes clés de toutes les grandes religions du monde. L’Islam, l’Hindouisme, le Judaïsme, le Budisme, le Sikhisme, et même le Christianisme ont tous leur propre variation sur le thème.

Lorsque vous passez du temps à connaître l’Autre, vous commencez à le voir de première main; peu importe d’où viennent les gens, nous sommes tous fondamentalement des gens. John F. Kennedy l’a dit magnifiquement:

« Notre lien commun le plus fondamental est que nous habitons tous cette planète. Nous respirons tous le même air. Nous chérissons tous l’avenir de nos enfants. Et nous sommes tous mortels. »

Nous avons tendance à concentrer notre attention sur les choses que nous considérons différentes, particulièrement extrêmes ou, mieux encore, radicales. C’est particulièrement vrai en politique, où la menace de ces différences joue un rôle important dans la conduite des dons et des votes. Vous devez créer une proposition de valeur distincte indiquant clairement aux gens pourquoi ils constituent une menace, et nous sommes les seuls à pouvoir maîtriser cette menace.

Cynique à l’extrême, c’est la façon dont le jeu est joué.

Cela peut aussi être extrêmement nocif.

L’un des chapitres les plus sombres du Canada a été lorsque nous avons envoyé des Canadiens japonais dans des camps d’internement en partant de l’hypothèse (cliquez sure le lien ici : sent Japanese Canadians to internment camps ) «qu’ils» ne nous ressemblaient pas et qu’ils étaient en réalité plus fidèles au Japon qu’à leur pays d’origine et, dans bien des cas, être né et a grandi dans. Le chapitre le plus sombre de notre histoire est probablement celui des mauvais traitements radicaux aux populations indigènes de Canada. Le système des pensionnats indiens (cliquez sure le lien ici : The Residential School system)  a été mis en place dans le but explicite d’incorporer les jeunes des Premières Nations à la culture occidentale. Les enfants ont été arrachés à leur foyer et à leur famille, contraints de nier leur propre culture et leur propre langue et contraints de devenir ce qu’ils n’étaient pas, subissant d’horribles abus tout au long du processus.

Dans ces deux cas, le Canada a trahi ce qui n’est pas simplement une valeur occidentale essentielle, mais un principe moral universel: traitez les autres comme vous souhaitez être traité vous-même.

En suggérant que les immigrants doivent «adopter des valeurs canadiennes largement partagées, des valeurs de la civilisation occidentale» (cliquez sur le lien ici : “adopt widely shared Canadian values, Western civilization values”), Bernier ignore non seulement l’histoire réussie et multiculturelle de notre pays, il fait également écho aux actes les plus honteux de notre passé. Il insinue que “ils” ne partagent pas les mêmes valeurs fondamentales que nous, et l’implication dans ceci ne pourrait pas être plus claire – s’ils ne valorisent pas les choses comme “nous”, alors ils ne méritent pas le même respect et le même traitement que «nous» faisons.

Cela contraste avec ce que notre propre expérience canadienne nous dit: la diversité est une force et que nous partageons tous les mêmes valeurs fondamentales, peu importe d’où nous venons. C’est en permettant à tous ceux qui viennent au Canada d’être fidèles à eux-mêmes, en exigeant seulement qu’ils respectent les autres pour faire de même, nous sommes devenus la grande nation que nous sommes.

L’approche de Maxime Bernier ne fait rien pour «rendre le Canada meilleur encore», elle menace tout ce qui nous rend déjà grands.

Quelles que soient ses intentions, la position de M. Bernier est celle qui est erronée; comme nous l’avons vu ailleurs dans le monde, c’est le nationalisme radical qui représente la plus grande menace pour nos valeurs.